Search ico smartphoneCross ico smartphone
443x590

Vent-en-Panne : Les rois de l'Océan : tome II

Gustave Aimard

(0)

Lire maintenant

Pour profiter pleinement de l’expérience Youboox, téléchargez l’application

Téléchargez l'appli Youboox sur l'App storeTéléchargez l'appli Youboox sur Google Play
Gustave Aimard (1818-1883) "Nous avons abandonné l’Olonnais au moment où, grâce à l’appui que lui avait prêté Vent-en-Panne, il avait réussi à délivrer la duchesse de la Torre et sa fille des mains des Espagnols. Les deux dames s’étaient évanouies ; la duchesse, soulevée dans les bras robustes de Pitrians, fut transportée dans la clairière et remise à son mari : quant à la jeune fille, l’Olonnais ne voulut laisser à personne le soin de la rendre à son père. La poursuite des ravisseurs avait entraîné les flibustiers assez loin du lieu, où primitivement s’était livré le combat. L’Olonnais demeuré seul près de doña Violenta, car tous les flibustiers avaient répondu à l’appel de Vent-en-Panne, et s’étaient élancés sur ses pas, enleva délicatement la jeune fille entre ses bras, et se mit en marche pour rejoindre ses compagnons. Depuis quelques jours à peine, l’Olonnais avait débarqué à Saint-Domingue, c’était la première fois qu’il s’enfonçait si avant dans l’intérieur ; il ne connaissait pas le pays. À cette époque, déjà bien loin de nous, Saint-Domingue n’était en réalité qu’une immense forêt vierge ; coupée çà et là, par de fastes savanes, ou l’herbe poussait drue, et s’élevait parfois à six, sept, et même huit pieds de hauteur. Les établissements fondés par les Espagnols et les Français, l’avaient été sur le bord de la mer seulement. On avait défriché quelques centaines d’acres de terre, et tout avait été dit. Depuis l’invasion des Français, et la façon audacieuse dont ils s’étaient établis dans l’île, les Espagnols contraints de se défendre, contre les attaques continuelles de ces implacables ennemis, avaient, à la vérité établi un cordon de ranchos le long de leurs frontières, ranchos que, avec tout l’orgueil castillan, ils décoraient pompeusement du nom de villes. Mais ces misérables bourgades disséminées à de longues distances, étaient enfouies et comme perdues, au milieu de l’Océan de verdure, qui les cernait de toutes parts." Suite de "L'Olonnais". Nous retrouvons les terribles "Frères de la Côte" de Saint-Domingue, prêts à attaquer et piller Vera-Cruz pour satisfaire leur haine des Espagnols, leur besoin de richesse et de vengeance... mais aussi pour tenir la parole donnée au duc de la Torre...

Editeur

La Gibecière à Mots

Langue

Français

Pages

291

Taille

565 KB

Date de parution

04/09/2019

EAN

9782374634579

Catégories

Romans & fictions, Romans, Aventure, Top des Romans

pixel